Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les réseaux hydroliques au patrimoine de la région

Publié le par Jean-Jacques GARNIER

Les réseaux hydroliques au patrimoine de la région
Les réseaux hydroliques au patrimoine de la région
Les réseaux hydroliques au patrimoine de la région
Les réseaux hydroliques au patrimoine de la région
Les réseaux hydroliques au patrimoine de la région
Les réseaux hydroliques au patrimoine de la région
Les réseaux hydroliques au patrimoine de la région
Les réseaux hydroliques au patrimoine de la région
Les réseaux hydroliques au patrimoine de la région
Les réseaux hydroliques au patrimoine de la région

C'est ce lundi que Michel Vauzelle, président de la région Paca, Claude Haut, président du conseil général de Vaucluse et Bruno Vergobbi, directeur général de la société du Canal de Provence ont signé le transfert des réseaux hydroliques du Luberon/Calavon au patrimoine de la région Paca.

Cette manifestation s'est déroulée dans la salle polyvalente de La Tour d'Aigues, en présence de Jean-Louis Joseph, président du Parc Régional Naturel du Luberon, Maurice Lovisolo, vice-président du conseil général de Vaucluse, Jean-François Lovisolo, maire de la commune et de très nombreux élus du canton et du département.

Jusqu'à présent, la société du Canal de Provence détenait la concession dite du "Canal de Provence" en tant que délégataire, couvrant un périmètre important avec un réseau qui s'étend aujourd'hui dans les Bouches du Rhône, le Var et les Alpes de haute Provence. Une seconde concession, de taille plus modeste était opérée en qualité de délégataire du département. Celle-ci couvre la vallée du Calavon Coulon et du sud Luberon.

Désormais, la fusion de ces deux concessions permettra à la société du Canal de Provence, de sécuriser l'approvisionnement en eau des territoires et de développer les infrastures du Calavon et du sud Luberon, à hauteur de 40 millions d'euros sur 10 ans, dont bénéfécieront près de 54 communes et plus d'un millier de cultivateurs.

J.Jacques GARNIER

Commenter cet article